Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Femmes en Lutte 93

Jeudi 6 décembre, s’est tenue une Assemblée générale à la bourse du travail de Saint Denis : Gilets Jaunes. Préparons l'acte IV ensemble, à l'initiative de : Cheminots de l'Intergare, La vérité pour Adama, Action Antifasciste Paris-Banlieue, CLAQ, Plateforme d'Enquêtes Militantes. Femmes en luttes 93 a pris la parole à plusieurs voix, pour rappeler que les femmes et les LGBT exploitées des quartiers populaires sont en première ligne des violences. Si nous sommes en première ligne des violences, nous sommes aussi en première ligne des résistances.

Voici, l’appel qui a été lu hier devant l’AG de Saint Denis :

Pour un féminisme des quartiers populaires !

"Nous, collectif défendant un féminisme populaire, prenons la parole dans le cadre du mouvement des gilets jaunes pour rappeler que nous sommes de toutes les luttes. Nous sommes de toutes les luttes, car les femmes des classes populaires sont en première ligne de toutes les violences et de toutes les résistances.

Nous habitons, travaillons et militons dans le 93, surtout à St Ouen et à St Denis. Cette bourse du travail, c’est notre QG depuis longtemps ! Nous travaillons à l’hôpital Delafontaine, dans les écoles de St Ouen, à la Poste, au lycée Angela Davis de St Denis et dans d’autre lycées pro, dans le social du 93… nous sommes contraintes au travail non déclaré si nous sommes sans-papiers ou encore au chômage, à la précarité.

Partout autour de nous, nous voyons la violence sociale qui s’abat sur les quartiers populaires. Nous le disons : à chaque crise sociale, économique, les femmes vivent les plus grandes violences, encore plus les femmes exploitées, les femmes sans-papiers, les femmes des quartiers populaires. ! 80% des travailleurs pauvres sont des femmes !

Les gouvernements et leurs médias veulent nous déshumaniser, nous rappelons que nous nous battons pour créer des solidarités et retrouver de la dignité.

  • Y en marre d’être exploitées : d’avoir des boulots qui détruisent nos vies et nos corps ! Y en marre de la précarité qui nous rend à la merci des chefs et des patrons !
  • Y en a marre du chômage ! Marre que les riches s’engraissent sur notre dos et celui de nos familles ! Y en a marre qu’ils bradent notre droit à la santé et au logement !
  • Y en marre de l’absence de logements sociaux décents ! y en a marre d’attendre 3 ans pour avoir un HLM ! Y’en a marre de leurs Grand Paris et de leurs Jeux Olympiques qui détruisent nos quartiers !
  • Y en a marre de l’école au rabais et de leurs réformes pourries ! C’est pas en ramenant les flics dans nos écoles qu’on combattra les inégalités !  L’échec scolaire ne vient pas de nos enfants : le problème c’est leur système !
  • La chasse aux pauvres, les violences racistes et policières, les prisons remplies des nôtres, l'islamophobie, le sexisme, l’homophobie, on en veut plus !

Nous voulons rappeler que la lutte ne peut pas se faire sans les femmes ! La place des femmes est dans la lutte !

Les violences homophobes, conjugales, sexistes augmentent. Nous sommes en danger partout : à la maison, dans la rue, au travail, et même dans nos collectifs militants.

Nous militons tous les jours de l’année dans nos quartiers, dans nos boulots Si on veut que le mouvement des gilets jaunes devienne une vraie contestation sociale, la lutte ne se fera pas sans nous.

Mais la lutte ensemble se fera à une seule condition : toutes les femmes doivent pouvoir militer en sécurité. Aucun agresseur dans nos rangs. Nous devons en prendre l’engagement dans nos collectifs, dans cette assemblée et dans la lutte à venir !

Nous ne ferons aucune concession : ni dans notre camp, ni dans le camp des médias et des politiques. Nous ne les laisserons pas utiliser les droits des femmes pour criminaliser les quartiers et les immigrés.  

Le féminisme populaire n’est pas une option dans ce mouvement que nous construisons. Bien au contraire, les femmes et les Lesbiennes, les gays, les bies, les trans sont en première ligne des violences. Mais nous sommes aussi en première ligne des résistances.

Nous, Femmes en lutte 93, appelons toutes les forces des femmes des quartiers populaires à marcher samedi ".

 

Le féminisme populaire n’est pas une option dans ce mouvement que nous construisons. Bien au contraire, les femmes et les Lesbiennes, les gays, les bies, les trans sont en première ligne des violences. Mais nous sommes aussi en première ligne des résistances.

La place des femmes est dans la lutte : appel de femmes en lutte 93, acte IV gilets Jaunes
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :