Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Femmes en Lutte 93

Femmes en Lutte 93

Collectif féministe du 93 : "sortons de l'ombre et vivons libres!"


Reportage sur les initiatives du 5 et 7 avril contre les crimes policiers !

Publié par Femmes en Lutte 93 sur 8 Avril 2014, 16:24pm

Catégories : #Lutte des femmes - lutte de classes, #violences policières

Reportage sur les initiatives du 5 et 7 avril contre les crimes policiers !

    "Ce combat est vital,  c'est tout ce qui nous reste : la parole et dénoncer". Amal

 

Voici un petit reportage des deux initiatives organisées par les collectifs de familles et de soutiens contre les violences et crimes policiers.

Nous étions présentes et nous tenons à relayer ces informations pour faire connaître ce combat et organiser encore plus les solidarités, renforcer nos luttes mutuelles.

Vous pouvez aussi écouter l'émission de radio Frontline avec Amal comme intervenante : 

 

 

http://www.bboykonsian.com/Emission-Frontline-du-28-fevrier-2014-invitee-Amal-Bentounsi_a3045.html

 

Solidarité avec les familles ! Vérité et justice!

Continuons à organiser les soutiens et faire circuler les informations !

 

 

Manif du Samedi 5 avril 2014, 14h, Anvers :

 

Nous étions plus de 500 personnes qui avons défilé d’Anvers à Opéra. On était plus nombreux que d'habitude, c'est du à l'union des collectifs des familles et les collectifs militants présents à leurs côtés.

Les familles des victimes étaient présentes : celles de Laoucine, Wissam , Amine, Lamine et le collectif Vies Volées.  Des prises de paroles ont été faites en fin de cortège.

Liens vers toutes les photos :

https://plus.google.com/photos/101056143108562695304/albums/5998894195165326865?authkey=CICR1-m9grKlIw

violences-police-9871-copie-1.JPG

Au tribunal, en soutien à Amal, lundi 7 avril, 9h

 

 

Une cinquantaine de personnes en soutien au tribunal, ce qui est positif.

A 9h30: la juge lit les "propos jugés  diffamatoires"  et le clip incriminé est visionné. Pour en savoir plus : http://www.urgence-notre-police-assassine.fr/

La juge pose une question: « Quelle est votre situation famille/travail? Quelles  sont vos ressources?  Quand avez-vous crée ce site? Pourquoi? »

Amal à la barre répond : «Je suis mariée, j'ai 3 enfants, avant j'étais commerçante mais j'ai tout arrêté. Je ne m'étais jamais posé de question sur la police. Je m'occupais  de mes enfants, je gagnais bien ma vie. Puis le 21 avril 2012 tout bascule. Je suis une victime collatérale ».

Amal pensait que la police protégeait. Elle évoque le traumatisme, le choc subit à la suite du crime. La vue des photos autopsie du corps mutilé de son frère et les répercussions dans sa vie aujourd'hui. Amal comme toute la salle est très émue.

En novembre 2012, elle se dit: "j'avais deux solutions: crier et dénoncer ou le désespoir".  "J'ai voulu être combative, interpeler l'opinion publique et la société. Un soir, j'ai monté le site." Depuis 2012,  20 personnes de tuées depuis le meurtre de son frère. « Les familles sont démunies personnes ne vient les voir. Le collectif c'est une thérapie".  "Ce combat est vital,  c'est tout ce qui nous reste: la parole et dénoncer".

Amal dit qu'elle continue à alimenter le site et à ajouter le nom des victimes. Le flic a un homicide volontaire sur le dos et perçoit toujours son salaire (mesure exceptionnelle pour le flic. « Les Flics sont au-dessus des lois. »

Elle évoque son incompréhension. Amal : "est ce qu'un justiciable policier a plus de droit qu'un justiciable ouvrier ?" Elle a peur du non-lieu comme pour les autres affaires, elle évoque Ali Ziri et les autres.

 

      violences-police-9888-copie-1.JPG

Puis, c’est l’arrivée du premier témoin, membre du Collectif Ali Ziri. Il témoigne : il a assisté à des comportements violents de la police: torture d'un enfant de 12 ans à Argenteuil sans casque, bouche en sang. "Est-ce aux familles de s'occuper des enquêtes?" dit-il.

Le 2ème témoin est le frère de Wissam : "Nous sommes des victimes traitées comme des agresseurs". Il n'a plus confiance en la justice, il voulait y croire mais là il accuse la justice.

Le flic qui a tué son frère était formateur, il recrute les nouveaux. Il a vu les photos de l'autopsie aussi, le corps n’a pas été mis au froid ... Une grande émotion se ressent dans la salle,  le frère de Laoucine pleure.

Le 3ème Témoin  est Siham de Stop le contrôle au faciès : chiffres, seulement 5% des flics jugés pour homicide volontaire sont condamnés.

Le dernier témoin  est le chercheur militant, Mathieu Rigouste. Lui était entendu sur ses travaux de recherches sur la Police, notamment son  livre: La domination policière.
Il revient  sur la manifestation des flics suite à la mise à pieds du tueur de Wissam : sur les champs Elysées avec les voitures de fonction. Et, c'est suite à ça, pour répondre à la pression des syndicats de police que Valls porte plainte. Pour Hakim Hajimi même chose, il a été étranglé par la Bac devant 15 témoins. Ensuite une manifestation de 200 flics a eu lieu à Grâce, et donc une plainte posée contre le collectif.  Après une longue lutte, ils ont obtenu du sursis. Il rappelle qu’Amnistie International balance sur la police, mais ils ne sont pas attaqués. Lui-même écrit des livres et rien.  « Ce sont ceux qui subissent dans leur chair la mort d'un proche qui sont jugés ». Le ministère de l'intérieur répond à la Manifestation des flics parce qu'ils se sont mobilisés,  il  caresse les syndicats de police dans le sens du poil : « Quand les policiers se mobilisent, on a une réponse du ministère ».

Après c'est la procureure qui s’exprime : « il faut trouver l'équilibre, le point d'équilibre entre liberté d'expression et protéger les institutions. » Les gens sont soulagés car la procureure a demandé la relaxe, mais la Juge peut ne pas la suivre.

      violences-police-9750-copie-1.JPG

Pour finir :

La manifestation du 5 avril et le rassemblement du 7 avril ont été un succès.  « Pour une fois face à la division générale des luttes, il y a eu une alliance et cela a joué sur le tribunal, cela peut expliquer la relaxe. Le rapport de force a été inversé, car beaucoup de soutien dans la salle. » «  Ce combat est long et dur, car les familles touchées sont souvent dans des situations économiques et sociales difficiles. « 

Amal est jugé pour diffamation car elle dit "que la police assassine et que la justice couvre".

Amal est une victime: c’est à une femme arabe des quartiers populaire à laquelle on s'attaque. C'est une femme qui dénonce.


La police assassine de façon méthodique et systémique. Le pouvoir caresse les appareils répressifs et punit les gens des quartiers populaires, les pauvres, les sans-papiers, les militants.

Ce qui paie contre la répression et les violences policières : c'est le travail de lutte, avec le réseau, à la manif et au tribunal, l'union des familles et des militants.

Ça prouve qu'il ne faut jamais arrêter de lutter et de créer des solidarités !

violences-police-9756-copie-1.JPG

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents