Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Femmes en Lutte 93

25 novembre, journée contre les violences faites aux femmes !       

Comme tous les ans depuis notre création, cette journée est une journée importante pour nous, pour mobiliser et aller à la rencontre de la population du 93 ! Tous les ans, des grosses diffusions de tracst sont organisées sur les marchés, tous les ans ce sont les activités les plus émouvantes que nous organisons car cette question amène témoignages et émotions de la part des femmes mais aussi de certains hommes dont une connaissance est victimes de violences des hommes sur les femmes.Nous profitons de ce 25 pour dénoncer ces violences sexistes et machistes mais aussi les violences sociales et économiques que nous subissons.

Quelques liens sur sur notre blog :

- Campagne 2013 "Violences faites aux femmes"

- 25 novembre : journée internationale contre les violences faites aux femmes

 

affiche feL 12-02-11

 

Nous ne prétendons pas être les seules féministes à mener des actions, et nous nous associons à d'autres forces pour faire de ce 25 novembre un succès et montrer la force des mouvements de femmes dans leurs diversités, sans taire nos désaccords.

Mardi 25 novembre, à 18H30, départ métro Grands Boulevards, le collectif 8 mars pour toutes organisent une marche de nuit féministe non mixte : "Viols et violences, la peur et la honte doivent changer de camp". Nous ne nous sommes pas investies dans ce projet car nous avons privilégié l'investissement dans le 93.   Ceci ne nous empêche pas de relayer leur action  et certaines d'entre nous y serons. Le lien sur démopshère pour lire leur appel  : http://paris.demosphere.eu/rv/36253

 

 8mpttes-marche-nuit-non-mixte.png

Vendredi 28 novembre, nous avons répondu présentes à l'invitation d'une association des quartiers populaires et de l'immigration "Femmes d'ici et d'ailleurs  pour tenir une table à leurs côtés sur le thèmes des violences faites aux femmes et intervenir sur scène pendant le concert de Zebda, à la salle des fêtes de Bondy, dès 20h30 ( Salle des fêtes Hôtel de Ville Esplanade Claude-Fuzier 93143 BONDY).

 

Samedi 29 novembre, 11h, métro basilique, en face du carrefour :

Un appel a été lancé par des féministes de Saint-Denis que vous lirez aussi : http://paris.demosphere.eu/rv/36319#comment-4373

Nous aussi, nous avons décidé de nous concentrer sur le 93 et de mener un 29/11 à Saint-Denis à l'image du 8 mars dernier où nous avons fait un pré-rassemblement avant la manifestation parisienne. Nous voulons nous retrouver sur la place du Carrefour et de la Basilique pour faire entendre nos paroles de femmes, dénoncer les violences et offrir un espace d'expression pour les femmes et les féministes. 

 

Nous avons préparé depuis plus d'un mois conjointement et en non-mixité avec le groupe femmes de la Coordination des Sans-Papiers du 93 ( CSP 93) : ateliers chants, ateliers slogans pour crier les violences que nous vivons au quotidien, tract commun.

Nous serons aux côtés de toutes les féministes et femmes qui souhaitent venir pour affirmer notre autonomie de femmes.

Le rassemblement est mixte, car faire avancer la cause des femmes c'est renforcer la lutte pour les combats communs des habitants et habitantes des quartiers populaires exploités contre l'exploitation, le racisme et les politiques raciste et xénophobes, contre l'impérialisme.

Nous avons invité le plus grand nombre de groupes à venir pour venir témoigner des violences sur les femmes voilées, des mamans dont les enfants n'ont pas de place à l'école, des femmes et familles victimes de crimes et violences policières, les associations et groupes de femmes et féministes avce qui nous travaillons depuis des années. Nous espérons donc faire un rassemblement populaire, festif et revendicatif.

 

affiche crimes policiers petit format

Tract commun Femmes en lutte 93 et groupe femmes de la CSP 93 :

 

25 novembre : journée internationale contre les violences faites aux femmes.

Le 25 novembre 1960, les sœurs Mirabal, militantes communistes en lutte contre la dictature en République Dominicaine ont été assassinées par le pouvoir. Ces femmes défendaient leurs droits pour un monde plus juste. Cette journée a été choisie comme journée  internationale contre les violences faite aux femmes.

Tous les jours, nous subissons des violences sexistes et sociales dans cette société patriarcale

       les violences familiales et le viol constituent des risques plus importants pour les femmes âgées de 15 à 44 ans que le cancer ou les accidents de la route.

       Seulement 8% des femmes qui subissent des violences de leur conjoint portent plainte.

       Tous les 2 jours, une femme meurt sous les coups de son compagnon.

       75 000 femmes sont violées chaque année, seulement 10 000 portent plainte et dans 4 cas sur 5, il n'y a pas de condamnation.

       Au travail, 20 à 40% des femmes sont victimes de harcèlement sexuel

       L’école, la famille, le travail, les médias… utilisent le corps des femmes, nous apprennent à obéir et à ne pas nous défendre en cas de violences.

       Dans le 93 (département le plus pauvre en  métropole), 25% des femmes subissent des violences dans leur vie, c’est deux fois plus que la moyenne nationale.

Nous voulons  nous défendre  et oser parler des violences que nous subissons.

Mais aussi des violences  économiques !

Si toutes les femmes subissent des violences, et bien nous n’oublions jamais ce qui est différent pour nous. Nous, femmes exploitées, sans papiers, des quartiers, nous n’avons pas les mêmes intérêts que nos patronnes : en plus des violences sexistes subies par toutes, nous subissons des violences économiques spécifiques.

Avec la crise, les violences contre nous sont marquées par une aggravation des conditions de travail : surexploitation, bas salaires, chômage, horaires de fous, précarité, temps partiel imposé, isolement dans le travail. Ces violences au travail, dans l’accès au logement, à la santé, à l’éducation pour nos enfants … nous ne pouvons pas les taire ! Ce sont des violences quotidiennes qui nous bouffent la tête et la vie ! En ce jour du 25 novembre, il faut les rappeler !

Dénoncer les responsabilités de l’Etat et du gouvernement !

Sarkozy et Hollande ont fait de la lutte contre les violences faites aux femmes une cause nationale. Mais alors pourquoi avoir supprimé le ministère du droit des femmes en 2014? La situation des femmes et des classes populaires reste catastrophique. Ce sont eux, l’Etat et ses représentants, les responsables de ces violences !

·        C’est l’Etat qui ferme les centres d’IVG et les maternités!

·        C’est l’Etat qui détruit le système de santé et d’éducation.

·        C’est l’Etat qui diminue les subventions aux associations de soutien aux femmes !

·        C’est l’Etat qui instrumentalise les violences contre les femmes pour stigmatiser les quartiers populaires et immigrés !

·        C’est l’Etat qui vote des lois racistes et islamophobes  

·        C’est l’Etat qui maintient les sans-papiers dans la précarité 

·        C’est l’Etat et sa police qui nous violentent et mutilent nos familles : chasse et rafles de sans-papiers, criminalisation des mouvements de résistance, meurtres dans les quartiers populaires…

·        C’est l’Etat qui recule devant l’égalité des droits des personnes LGBT  

·        C’est l’Etat qui fait la guerre aux peuples, sème la misère dans le monde dont les femmes sont les premières victimes 

L’État ne nous défend pas contre ces violences car il les fabrique ! 

A nous de créer nos propres outils de défense !

Que faire face à ces violences ?

La culpabilité et la honte doivent être du côté des agresseurs et pas des victimes !Encore trop peu de femmes osent parler ou porter plainte suite aux violences subies et aux viols. Discutons, parlons entre femmes, pour sortir de l’isolement et se donner les moyens d'y faire face ! Ne plus se taire c'est se donner une chance de créer nos solidarités.

Ne taisons plus ces violences sous prétexte que ça divise nos luttes. Au contrairesi les femmes osent parler, s’organiser pour construire leurs résistances, ce sont tous nos combats  qui s’en trouvent grandis et renforcés.

Comme en Palestine, au Kurdistan,  en Philippines, en Inde, au Burkina… les femmes se réunissent et se lèvent pour défendre les droits de leurs peuples. Et comme elles, nous avons aussi besoin d’espaces autonomes entre femmes pour défendre nos intérêts.

Militer entre femmes nous aide à avoir confiance en notre parole, à créer des solidarités entre nous, à faire entendre nos points de vue, à devenir des militantes d’égal à égale dans nos combats communs.

Toutes et tous ensemble contre les violences faites aux femmes !

 Ce combat est celui de toutes et tous ! 

Rassemblement, prise de paroles, chants, slogans.

 

Samedi 29 novembre 2014, 11h, devant Carrefour Basilique de Saint-Denis

bandeau rassemblement FEL CSP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :